pub_armagnac_bureau_2_m

700 ans de l’Armagnac

Une fois n’est pas coutume, nous ne parlerons pas d’une marque, mais d’un produit ! Et quel produit !

Pub 2

L’Armagnac est le parfait exemple de l’influence de l’Histoire sur une production. C’est en effet le fruit d’une rencontre entre une terre et son histoire, les marchés mondiaux, l’évolution du goût et les hasards de la vie. Autant dire qu’il s’agit plus d’une épopée que d’un petit conte. C’est pourquoi nous nous y attarderons en plusieurs chapitres.
Mais au fait, qu’est-ce que l’Armagnac ? Finalement, peu de gens connaissent cette eau-de-vie. L’Armagnac, c’est donc une eau-de-vie issue de la distillation de vin blanc dans un alambic puis vieillie en fût de chêne. On la trouve en assemblages (comme le Cognac) ou en millésimes. Elle nous provient de la Gascogne, plus précisément du Gers et d’un peu des Landes et du Lot-et-Garonne.

 

L’histoire de l’Armagnac est dense !
C’est la première eau-de-vie de France, avant le Cognac et le Calvados. Bien sûr elle n’est pas née d’un coup il y a 700 ans.
Pour commencer, la région a une prédisposition naturelle et historique pour la vigne. (La présence de pépins dans les tourbières atteste de l’existence de raisins dès la préhistoire. Des sarments taillés ont également été trouvés dans un puits funéraire daté du 1er siècle, à Lectoure, dans le Gers.)
En vérité, l’Armagnac provient de l’héritage de trois cultures parvenues dans la région :

  • Les romains ont introduit la culture de la vigne.
  • Les arabes ont légué l’alambic. Al (le) hambic (vase à distillation). Ils l’utilisaient pour la fabrication d’essence de rose et l’ont exporté jusque vers l’Espagne musulmane du Moyen Age, toute proche de la Gascogne.
  • Les celtes ont apporté le fût.

Pourquoi fête-t-on 700 ans dans ce cas ?
2010 marque en fait l’anniversaire de la première trace irréfutable de l’Armagnac : Le pape Clément V (1264 – 1312) était gascon. Il plaça ses compatriotes autour de lui. C’est ainsi que Vital Dufour (1210-1327), prieur d’Eauze, fut nommé cardinal. Son ouvrage de médecine « Livre très utile pour conserver la santé et rester en bonne forme » offre un large paragraphe sur l’Armagnac et évoque ses 40 vertus. (Eh oui, aujourd’hui encore, il est reconnu que l’Armagnac est bon notamment pour le système cardio-vasculaire, pour la digestion, etc. A condition de ne pas en abuser, bien sûr.) Ce livre, retrouvé au Vatican, date de 1310. C’est le premier écrit sur l’eau-de-vie.

Vital Dufour

On note ensuite des preuves de la commercialisation de l’Armagnac, notamment sur les marchés locaux, au XVe siècle. L’Armagnac commence alors une grande expansion commerciale qui durera jusqu’au XIXe siècle.

A suivre…

0 commentaires

Commentaires

Vous voulez rejoindre la discussion ?
N'hésitez-pas à participer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *