Restons à l’affût !

2012 va connaître également son lot de beaux anniversaires à célébrer pour les marques et les entreprises. Petite revue des bougies à souffler.

Depuis 1962 – 50 ans
Havaianas, Cacharel, Daniel Hechter et Algotherm

Depuis 1922 – 90 ans
Dickies (marque de vêtement, workwear), Jaguar (l’entreprise Swallow Sidears est devenue Jaguar plus tard), Scholtes

Depuis 1912 – 100 ans
Montegrappa, Guzzini, Oreo

Depuis 1892 – 120 ans
Abercrombie & Fitch, Weil et Marquise de Sévigné

Depuis 1882 – 130 ans
Beiersdorf (qui inclut la marque Nivea) et sa marque Hansaplast (le brevet a été déposé cette année-là), Le Coq Sportif et les montres Zodiac

Depuis 1872 – 140 ans
Pirelli, ST Dupont, Shiseido

Depuis 1862 – 150 ans
Roger & Gallet, Maïzena, Opel, Bacardi et Ladurée

Depuis 1852 – 160 ans
Rodier, Paul Beuscher

Les palmes reviendront à Fabergé, datant de 1842 et fêtant 170 ans grâce à son redémarrage récent, et Laurent-Perrier, datant de 1812 et fêtant son bicentenaire !

Quand on regarde ces listes, pour 2012 comme pour 2011, on constate vite que la fin du XIXe siècle a vu la naissance de nombreuses maisons, entreprises et de nombreux produits devenus aujourd’hui des marques à part entière. Et c’est bien normal. Cette fin de siècle vit la naissance de l’industrie, les inventions se multiplièrent. C’est ainsi que se développèrent la chimie, la pharmacie (et la cosmétique), la photographie, l’automobile. Les diverses expositions (internationales, universelles) ont également favorisé la création de nombreuses marques.
Les marques qui sont nées en même temps que leur industrie ont donc une forte charge patrimoniale. C’est le cas de Philips. En 1879, Thomas Edison présente sa première ampoule électrique. Les applications se généralisent après 1880. Une Exposition Internationale d’Electricité a d’ailleurs lieu à Paris en 1881. C’est dans ce contexte que Philips est créé en 1891, aux Pays-Bas pour produire des lampes à filament de carbone.
Même chose pour Hasselblad, la célèbre marque d’appareils photographiques professionnels. La date conventionnelle de l’invention de la photographie est 1839, lorsqu’est présenté le fameux procédé du daguerréotype. La création d’Hasselblad remonte à 1841 : il s’agit à l’époque d’un commerce qui importe rapidement les biens relatifs à la photographie. C’est la naissance d’une passion pour le fils du fondateur qui se lance dans ce domaine.

Dans la lecture de ces dates, la surprise vient plutôt de la création de plusieurs marques de prêt-à-porter aujourd’hui bien connues, dès le XIXe. Le prêt-à-porter est issu de la confection qui naît seulement au moment de la Première Guerre Mondiale. Mais au XIXe, avec le développement de la bourgeoisie, on voit se multiplier les « couturiers », tailleurs, gantiers et bottiers, les ancêtres de ces fameuses marques de mode d’aujourd’hui.
Autre donnée remarquable, celle de la naissance conjointe de trois marques de champagne en 1811-1812 : Perrier-Jouët, Charles de Cazanove et Laurent-Perrier. Le champagne fut inventé par Dom Pérignon en 1670, puisque ce fut le premier à pratiquer l’assemblage. Alors que les vins de champagne « tranquilles » (c’est-à-dire non pétillants) connaissent un assez grand succès en France et en Angleterre, le champagne « mousseux » se fait doucement apprécier, malgré les problèmes de sécurité dus au gaz et aux lois concernant le transport. Mais en 1728, le transport des vins mousseux est autorisé. C’est d’ailleurs dès l’année suivante que Ruinart, la toute première maison de champagne, est créée. Le XVIIIe sera le siècle de l’essor du champagne qui trouvera sa place à la cour de Louis XV, des cours européennes et gagnera la province progressivement. Quelques grandes maisons voient le jour à cette époque, comme Moët. Les terres sont les propriétés de la noblesse et du clergé. Puis vient la Révolution. Les vignerons récupèrent des terres, mais ils sont très pauvres et se retrouvent avec de toutes petites parcelles, souvent dédiés à la culture du vin tranquille. Il faudra l’essor de la bourgeoisie, notamment à travers le négoce, pour que le champagne reprenne son expansion (internationale malgré les batailles napoléoniennes). On comprend mieux dans ce contexte l’arrivée de ces trois maisons de champagne. Perrier-Jouët fut d’ailleurs un commerce avant de se lancer dans la production de son propre champagne.
Plus d’informations sur l’histoire du champagne :
http://www.maisons-champagne.com

0 commentaires

Commentaires

Vous voulez rejoindre la discussion ?
N'hésitez-pas à participer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *